MoDem : le tropisme et l’indépendance.

Le blog de Brageirac reprenait un écho de campagne du journal Sud-Ouest : Monsieur Demaret allait se présenter aux municipales de Périgueux. Quant à moi je m’interrogeais :allions nous assister à du potinage ou à un évènement politique ?  

 

La Dordogne Libre du 3 décembre donne du corps à l’hypothèse d’un évènement.

En effet, les murmures insistants des « gens bien informés » sont maintenant paroles de MoDem. Que disaient ces murmures ? Que le MoDem pouvait encore en juin prétendre être une force indépendante et de suffisamment de poids pour peser sur les futurs programmes des   majorités en construction. A Périgueux, s’entend. Mais, disaient encore ces murmures, Xavier Darcos fort habilement avait entrepris chacun des hommes du MoDem (avec les dames du MoDem -Madame Claire Castanet pourrait en témoigner-, il avait déjà déployé des trésors de tacts et de mesure au cours de son mandat actuel). Et à l’issue de ces entretiens individuels (comme avec les agents de la police municipale, tiens !), ceux-ci sur des promesses précises ou vagues, se seraient laissés convaincre de l’inutilité de présenter une liste à Périgueux. Il ne s’agit là que du tropisme habituel des partis du centre droit.

Il faut croite que « les gens bien informés » ne le sont pas trop mal car aujourd’hui, à peu de choses près, le journal nous rapporte paroles et prises de position de ces personnes. Et nous avons Jean-Paul Mingasson qui déclare au journal Sud-Ouest (repris par la DL), qu’il penche pour une alliance avec Darcos dès le premier tour, s’il y trouve une bonne place -(dans la liste)- « sic » dit la DL.

 

 

La question du tropisme particulier du centre qui finit toujours par tomber « soit à droite, soit à droite »,  selon le mot d’un homme d’état français, et de son indépendance, certes encore hypothétique, mais défendue par Monsieur Bayrou et en principe par ses adhérents est toute posée là.

Nous savons que Monsieur Demaret souhaite que le MoDem affirme son indépendance en créant une liste autonome (et compter les voix qui s’étaient portées sur la candidature de Monsieur Bayrou, peut-être). « On ne va pas tomber dans les travers du passé et s’allier à l’U.M.P. tout de suite alors que l’on s’annonce comme un nouveau parti ». -Je trouve ce »travers » et ce « tout de suite » admirables …

Marc Mattera pour sa part déclare : « il y a trois semaines Bayrou nous demandait de respecter les consignes nationales, de faire une liste. »

Donc, au MoDem la lecture des consignes nationales semble ne pas se faire de la même façon selon qu’elles sont lues d’une place (putative) de 1° adjoint ou de la place d’un « écarté » de la liste. Et curieusement ce n’est pas celui qui veut faire alliance au premier tour qui est un dissident mais celui qui respecte la consigne du Mouvement ainsi que le prouve la reprise faite par le MoDem de l’écho de campagne du S-O. Etonnant, non ?

Plus étonnant encore, Monsieur Xavier Darcos, descend un instant de son Aventin pour se mêler des passions du vulgaire et qualifie Monsieur Demaret « d’agité » et quant à Monsieur Mingasson il n’a selon lui « qu’une faible notoriété » – Tiens, tiens, « notoriété » cela ne vous rappelle rien ? Mais si, bien sûr ! La récente enquête de notoriété dont chacun parle à Périgueux…. (voir : Sondage).

Là où tropisme et indépendance joueraient encore et à la farce seraient la résolution de ce drame à la façon Darcos. Il est un ami personnel de François Bayrou qui n’aura rien de plus pressé que de calmer « l’agité ».

Voire …. On dit tout de même que François Bayrou ne ressent pas une tendresse particulière pour Xavier Darcos.

Voire … Monsieur Demaret revendique une forte équipe « des gens connus, ça va surprendre » et déclare « investiture ou pas, je ferai ma liste (…) j’ai des gens prêts à venir et le budget. » selon ce que rapporte la DL.

Et cette analyse rejoint les propos de  beaucoup de personnes avec lesquelles vous pouvez être amené à parler de ces futures élections. Une certaine lassitude est ressentie envers Monsieur Darcos, sa politique, sa distance au quotidien de son électorat traditionnel.  

Mercredi prochain, réunion au sommet entre les diverses personalités du MoDem sous la présidence de Monsieur Mattera.

Vivement Jeudi ! La D.L. et le S-O vont être passionnants (pub. gratuite). Et la Dordogne d’aujourd’hui mercredi  05 décembre continue de nous éclairer.

Aller tout de suite au 06 décembre 07     Next page

Aller au chapitre 2.   Next page

analyse de traffic

3 Réponses à “MoDem : le tropisme et l’indépendance.”

  1. Marc24 dit :

    Entre absence de notoriété de l’un et agitation de l’autre, le Modem se cherche. Normal pour un parti tout juste créé. La question fondamentale pour la Ville de Périgueux et ses habitants, « pour faire quoi? ». S’il s’agit d’avoir une place sur la liste du maire à temps partiel sortant, on peut chercher loin la motivation qu’attendent les périgourdins sur leur quotidien et l’avenir de la ville. S’il s’agit de proposer un autre de mode de gestion en montrant du doigt l’incohérence et l’inconsistance de la gestion actuelle, c’est beaucoup plus crédible pour les électeurs. Faire campagne contre est séduisant et séducteur. Certainement nécessaire. Encore faut-il avoir les moyens de construire!
    L’univers impitoyable de Périgueux, une série journalistique à rebondissements. Qui porte le chapeau de JR?
    Pendant ce temps, tranquillement, Michel Moyrand rencontre les Périgourdins chez eux. Il leur parle de leurs vrais problèmes, de sa vision de Périgueux. Avec pragmatisme. Avec bon sens.

  2. Marc24 dit :

    J’avais mis un commentaire, pas passé?

  3. Hermione dit :

    Mais si Marc 24 votre excellent commentaire est passé. D’ailleurs vous êtes devenu un « commentateur non modéré. Autrement dit vos messages sont affichés immédiatement.

    Sur votre premier commentaire : je suis bien sûr d’accord avec vous. Michel Moyrand ne monnaiera pas des postes contre des ralliements. Il proposera des actions et des positionnements pour un renouveau de Périgueux. Quelle voie le MoDem choisira-t-il ?

    Attendons et voyons.

Laisser un commentaire