Xavier Darcos : l’épée de l’ambigu … chapitre 1

C’est cette phrase d’un commentaire de GG qui m’a interpellé : »Désigneraient-ils un vainqueur avant l’heure ? Le Grand Maître aurait-il donné le feu vert pour que le résultat soit divulgué aux simples journaux locaux ? » sous l’article « MoDem : lundi 10 novembre toujours rien; UMP, DARCOS premier prix de modestie.

La réponse de Marc 24 : »GG, vous voyez un grand maître où ça? Enlevez donc lui l’escabeau à l’ex-cabot! » (Passons sur les écarts de langage dus à la fougue juvénile de ce contributeur …) continua de m’intriguer. « Grand Maître », « grand maitre », je voyais bien le sens général, mais les mots ne me convenaient pas. Eussè-je voulu le dire que les mots  » Le Grand Chef » ou « le Grand Vizir » ou « notre seigneur et maître » me fussent plutôt venus à l’esprit.

Grand Maître, Grand Maître … de quoi ? Grand Maître de France ? Non, trop monarchique pour notre républicain ministre. Grand Maître de l’Ordre de Malte ? Ordre souverain sans territoire, qui sait ? Grand Maître d’un Ordre Maçonnique ? Il a peu le goût des ces groupuscules, dit-il. Pas assez intello la truelle et la gamate. Du Temple alors ? Ah ! Là on atteint des sommets dans la gloire, la légende, la prouesse, l’aventure. Et puis, d’un ordre disparu, il est aisé de devenir le Grand-Maître.

darcosvador1.gif

Allons, me disais-je, tu divagues. Et pourtant, l’homme porte l’épée. Cette épée marque l’apogée de sa vie d’homme. Il en parle avec une sobriété remarquable. « (…)Ne demande-t-on pas à l’épée, d’ailleurs, d’être le symbole des goûts et de l’itinéraire de son détenteur, une sorte de métonymie faussement guerrière, une image de vie ?(…) je crois qu’il faut pratiquer des « exercices d’admiration » envers ceux qui nous dépassent, car ils nous révèlent et nous relèvent. Quelques uns de ces éclaireurs composent mon Comité de l’épée. Je ne veux pas être exhaustif dans leur évocation, mais comment passer sous silence ceux à qui on doit tant ? On y retrouve des éminences de la culture, notamment du monde des musées (Jean-Jacques Aillagon, Christine Albanel, Henri Loyrette, Stéphane Martin, Bruno Racine) et de l’architecture (Jean-Paul Viguier et Jean-Michel Wilmotte .1.).-Des noms tout à fait inattendus- (…) Mais aussi des virtuoses du livre (Serge Eyrolles), de la gastronomie (Alain Ducasse .2. et Régis Bulot) et du vin (chère Philippine de Rothschild). Des amis capables et tolérants qui m’ont toujours soutenu (Jean de Boishue, Francis Delon, Renaud Denoix de Saint-Marc, Maurice Gourdault-Montagne, Pierre Mazeaud, Jérôme Monod). -Mais comment fait-il ?- (…).

L’usage veut que l’on dise un mot de l’épée elle-même. J’ai d’abord voulu qu’elle fût une création originale, (…). C’est Pascal Renoux qui a réalisé cette épée, en acier forgé et bruni, orné d’incrustations en or, et qui a en façonné la lame. La garde reprend, sur chaque pointe des quillons,les signes énigmatiques (sans doute d’origine maçonnique) de l’ancestral couteau de Nontron : une sorte de coin, entouré de trois points. .3. Pour la poignée, le buis a été remplacé par l’ivoire poli. La pointe du pommeau représente un livre ouvert, avec l’alpha et l’oméga, symboles combinés de ce que je dois à quatre sources : la lecture, la littérature, la culture gréco-romaine et la foi chrétienne, que l’âge raffermit. Ce livre ouvert, image de la connaissance inachevée et du temps fugitif, qui font tourner les pages, est entouré d’un cercle de feuilles d’acacia (le bois de l’arche d’alliance) et de laurier (académie oblige). À la pointe, une petite pyramide dorée invite à continuer à s’améliorer sur une pente ascendante. Le fourreau est composé d’une âme en tilleul, habillée d’un vélin noir. »

Voir le texte intégral de cet excellent discours prononcé le 21 mars 2007 sur le site de l’Institut des Sciences Morales et Politiques

.1. Le projet du château Barrière, projet fondation Wilmotte remportant le concours.

.2. Le projet Castel Pessard, la fondation Ducasse remportant le concours.

.3. Le projet clin d’oeil appuyé à des gens qui m’indiffèrent, la fondation ambigu ayant remporté le concours.

Bientôt l’épisode 2 des aventures de l’épée de l’ambigu.Next page

analyse de traffic

analyse audience

3 Réponses à “Xavier Darcos : l’épée de l’ambigu … chapitre 1”

  1. Marc24 dit :

    Hermione, vous pâmeriez-vous d’admiration devant cet homme d’épée? Seriez-vous tombé sous le charme de l’hymne à son épée? Le bougre a une culture ancrée profondément dans notre culture et aussi dans le présent. Rendre hommage à Vilmotte et à Ducasse valent sans doute bien la conduite de projets tels que celui de Chateau Barrière et de Castel Pessard. Quand le spirituel se retrouve dans le matériel!

    Au fait, la poignée en ivoire poli à la place de du buis me fait penser au brave éléphant qui a fourni sa défense. Nous pourrions écrire, à l’encre rouge, sur le cahier de l’écolier-académicien « peut mieux faire pour le développement durable ».

  2. G.G. dit :

    Sarkozy est le grand maître d’œuvre de la France, n’a-t-il pas un lot de projets de réforme, une envie de modifications rigoureuses ?
    Je ne crois pas me tromper en disant qu’il est aussi le grand maître de l’ordre national de la Légion d’honneur…
    Un grand maître se doit d’être digne et honorable, là…je n’en dirai pas plus !

  3. Hermione dit :

    Ah ! GG, voyez comment on se trompe. Tout assuré de comprendre au premier coup d’oeil une phrase, je n’ai pas pris le temps de réfléchir à votre intention qui était de viser Sarko le Maître du Monde. Croyant dur comme fer que vous parliez de Darcos, je me suis embarqué dans des divagations hors sujet.

Laisser un commentaire