MoDem Périgueux, lundi 17 décembre : l’audace et la prudence chapitre 2.

Voir le chapitre 1 : Previous page

Résumé du Chapitre 1 Le programme de Monsieur Bayrou pour la ville et pour le monde se résume donc en deux propositions, en tout cas pour le Figaro : « (François Bayrou)qui a déclaré la semaine dernière ne se «reconnaître ni dans le projet de société de Nicolas Sarkozy, ni dans le projet politique du PS». »

Comment se décline-t-il au niveau départemental ? Un axe de travail est défini officiellement.

Plus étoffé que le programme prêté par le Figaro à François Bayrou, il définit une stratégie d’élaboration de listes, de négociation d’alliances mais il est difficile de trouver des thèmes forts en vue de développer des politiques municipales.

Engagement pour les municipales de Dordogne  


 

PROJET DE CHARTE D’ENGAGEMENT POUR LES MUNICIPALES EN DORDOGNE
Jean Lafond Grellety, délégué départemental Dordogne
 

Le MODEM Dordogne entend, à l’approche des prochaines municipales, structurer son engagement sur la base de deux impératifs :

La distinction droite/gauche ne constitue plus une lecture adaptée pour l’expression des véritables enjeux de notre société, en particulier dans notre département sclérosé par des rapports partisans archaïques. Le Mouvement Démocrate entend proposer un choix différent. De fait, les alliances et les partenariats avec les partis politiques traditionnels, à l’approche des municipales, pourront autant concerner les partis dits de droite que ceux, dits de gauche ;

 

 

  • L’engagement des futurs candidats et élus démocrates se fera en cohérence avec des valeurs, une éthique, une exigence quant à la participation à la vie politique locale, et la définition de projets conformes à l’intérêt du plus grand nombre. Des majorités de projet doivent se substituer à des majorités politiques.

  • Lire tous les articles de la charte.

  •  

    Cependant des engagements éthiques généraux sont pris. Mais à bien lire chaque article de la charte, il apparait surtout la volonté d’évincer les représentants des forces politiques en présence, jeu auquel s’est livré le mouvement des verts en son temps sans guère de succès, plutôt que de dessiner une politique.

    (J’ai fait une constation amusante. Ne voulant pas que l’on voit dans le fait de citer les références sources du MoDem dans la colonne de droite ou de gauche une quelconque insinuation d’alliance à venir, j’ai essayé d’installer cette colonne au centre de la page. Et bien, lorsque cela est fait, il est impossible de juxtaposer un quelconque texte, une quelconque opinion. J’espère que ce n’est pas un présage de l’avenir.)

    Mais ces principes éthiques se heurtent à un autre principe moral et politique, on ne peut rompre une alliance lorsque cette rupture est plus domageable que sa continuation. Ce principe peut être considéré comme antinomique avec ceux énoncés dans la charte, mais sa force est, sans conteste possible, de première importance.

    Dès lors, à Bordeaux ces axes conduisent à une alliance de premier tour avec Monsieur Alain Juppé. Cette alliance reçoit même l’onction du Président du MoDem en personne lors d’une visite de François Bayrou à Bordeaux. Plus proche encore, l’alliance MoDem-U.M.P. à Bergerac annoncée de longue date et sans vagues. Il va sans dire que c’est là le sort normal et classique de ce genre de formations politiques qui, depuis la révolution française n’a jamais pu exister autrement que comme un groupe de pression. Il faut excepter de cette irréfragable loi l’épisode Giscard qui dut tout à la volonté de Chirac d’éliminer Chaban de la même façon qu’il fit élire Mittérand pour éliminer Giscard.

    Et Périgueux a-t-elle une chance de mettre en musique la partition officielle du MoDem ? Les forces de la politique ne sont pas plus contournable à Périgueux qu’ailleurs. Certes, le MoDem n’a écarté a priori les hommes (du vide au trop plein), les pressions, les stratégies nationales qui peuvent primer les réalités locales. En revanche, la volonté des militants et électeurs est très proche des principes officiels du MoDem et nous verrons qu’ils y sont beaucoup plus attachés que leurs dirigeants ne le sont apparemment.

    Les présidentielles et les municipales à Périgueux l’ont montré avec clarté. Dans une élection classique, les forces du MoDem en Dordogne ont du mal à passer les 6 %. Mais l’élection municipale a quelque chose de particulier qu’on perçoit la commune comme un territoire de micro souveraineté où la tête de liste et le programme ne risquent pas en théorie de se noyer dans la juxtaposition des représentations multiples comme les législatives ou les cantonnales. Or aux présidentielles et dans les bureaux de vote de la ville de Périgueux, le score de François Bayrou a frôlé les 20 %. C’est dire que cela représente autre chose qu’un poste d’adjoint et quelques postes de conseillers. Mais Monsieur Darcos, trop pris par ses hautes fonctions sans doute, ne voit pas bien ce qu’il pourrait faire de mieux.

    Ce blog a déjà été l’écho des tractations individuelles que Xavier Darcos a lancé dès juin, comptant sur la faiblesse des hommes et visiblement pas en vain, pour contourner sans mal cet écueil. Mais, la base électorale n’est pas sur cette voie et quant aux militants locaux, ils ont de la mémoire et leur ambition ne se résume pas à celle de quelque hautain haut-fonctionnaire retraité qui veut occuper son oisiveté nouvelle par un poste de premier adjoint.

    La première phase de l’hésitation du MoDem entre tradition et indépendance, entre audace et prudence, entre « pragmatisme » et aventure se fait donc dans les tractations individuelles. Monsieur Mingasson y est très sensible. Mais Monsieur Darcos ne veut pas répondre aux attentes du MoDem pour un ralliement dès le premier tour. Le temps passe et rien ne se fait. Ce d’autant qu’un autre personnage, Monsieur Démaret ne veut pas entendre parler d’un ralliement au premier tour et ne semble envisager une alliance de second tour qu’avec des contreparties beaucoup plus fortes que celles que l’aigle Darcos veut bien faire tomber sur le MoDem du haut de son aire.

    Chapitre 3 : Esaü et le Coucou Next page

    analyse de traffic

    analyse audience

    2 Réponses à “MoDem Périgueux, lundi 17 décembre : l’audace et la prudence chapitre 2.”

    1. Marc24 dit :

      Le Modem de la Dordogne a-t-il les moyens d’être audacieux? Ses leaders locaux sont peu connus et certains ont déjà allégeance à l’UMP avant de s’être battus. En contradiction totale avec la charte du Modem. Est que Monsieur Bayrou montre pour cela le bon exemple?

    2. Hermione dit :

      La question est pourquoi Monsieur Bayrou qui est allé « consacrer » l’alliance U.M.P.-MoDem à Bordeaux, qui a avalisé l’alliance U.M.P.-MoDem laisse-t-il ses troupes en désordre à Périgueux ?

      Parce que il est leur chef, donc il les suit.

      Parce que le Darcosisme est branlant et que sa sympathie pour Monsieur Darcos est loin d’égaler celle qu’il a pour Monsieur Juppé dont le siège semble beaucoup plus stable en effet.

    Laisser un commentaire