Communiqué de presse de Michel Moyrand sur la question de l’aéroport de Périgueux.

 Périgueux le 20 décembre 2007

Communiqué de presse  voir sur le site de Michel Moyrand

Réouverture de la ligne aérienne  Manœuvre électoraliste démesurée payée par le Périgourdins 

Le maire de Périgueux s’obstine dans la réouverture d’une liaison aérienne Périgueux – Paris pour le printemps 2008. Pour atteindre son objectif avant les prochaines échéances électorales le maire a sollicité des partenaires publics et privés pour partager avec lui une catastrophe financière annoncée. Il place ainsi les collectivités locales face à une situation extrêmement difficile 

En effet, si les partenaires publics refusent de s’engager dans la voie proposée, le maire dira que seul il ne peut réussir et fera porter la responsabilité de l’échec sur les autres.

Si, au contraire, la ligne peut redémarrer, le maire ne manquera pas de se vanter d’avoir réussi là où la chambre de commerce et d’industrie a échoué voici tout juste deux ans.

L’examen des chiffres n’est guère rassurant et tout observateur averti de ces questions ne peut –être qu’inquiet sur la pérennité de ce projet qui recueille un tiède soutien des collectivités locales.

Plan de financement des déficits :

Investissements pour remise aux normes de l’aéroport avant réouverture ligne aérienne Charges annuelles d’exploitation de l’Aéroport à la charge de la ville de Périgueux Déficit annuel d’exploitation de la ligne aérienne Déficit annuel ligne aérienne + Charges exploitations aéroport

650 000  450 000  1 300 000  1750000

Financeurs potentiels 

       

Ville de Périgueux 

130 000  450 000  375 000  825000

Conseil Régional 

130 000  0  0 

Etat 

390 000  0  0 

Conseil général 

0  0  300 000 300000

Communauté d’agglomération

0 0 130 000 130000

Ville de Boulazac

0 0 100 000 100000

Communauté de communes Isle Manoire

0 0 30 000 30000

CCI de la Dordogne 

0 0 50 000 50000

Contribution privée 

0  0  300 000  300000

Les chiffres montrent, sur la base de 6000 passagers par an, soit 10/12 passagers par vol, que le déficit global d’exploitation de cette activité sera de 1,750 million euros par an dont 1,450 million euros à la charge des collectivités locales.

La participation de la ville de Périgueux s’élèvera au minimum à 825 000 euros soit une contribution supérieure à plus d’un point de fiscalité municipale (sans compter la part payée par les contribuables de Périgueux au conseil général et à la communauté d’agglomération, financeurs potentiels de cette opération.)

De même, il n’est pas précisé à ce jour si la contribution privée de 300 000 euros annoncée pour la première année sera reconduite les années suivantes.

J’en conclu : 

-           Qu’il n’appartient pas à la ville de Périgueux, qui a délégué sa compétence économique à la CAP, de porter cette lourde opération

-           Que la part contributive de la ville de Périgueux est beaucoup trop élevée.(contribution de 27 euros minimum par an par habitant de Périgueux)

-           Que la participation des collectivités locales est beaucoup trop importante pour un si petit nombre de passagers transportés ?

-          Que la ville de Périgueux ne doit pas s’engager sur une telle opération qui impacterait de manière très importante son budget et pénaliserait ainsi lourdement les contribuables, peu nombreux à utiliser ce type de moyen de déplacement dont le prix estimé du billet. aller/retour serait compris entre 350 et 400 euros.

-          Combien de Périgourdins utiliseront l’avion pour se rendre à Paris ?

-          Et qui seront-ils ?

Nous sommes, avec ce projet, comme très souvent à Périgueux dans la folie des grandeurs et la totale démesure. Rien n’est trop beau, rien n’est trop grand, rien ne coûte trop cher.

Michel MOYRAND

Conseiller municipal

Lire également le point de vue d’un néo-périgourdin dans Périgueux..l’aéroport, nouvelle danseuse ?

analyse de traffic

analyse audience

2 Réponses à “Communiqué de presse de Michel Moyrand sur la question de l’aéroport de Périgueux.”

  1. Marc24 dit :

    Tout le monde sait que c’est un plan foireux. Le Maire s’est engagé dans une voie sans issue et il ne sait pas comment s’en sortir. Il attend que quelqu’un fasse capoter le projet. En attendant, ce sont les Périgourdins qui vont payer, une fois directement dans les impôts locaux de Périgeux, une deuxième fois à la CAP, une troisième fois au Conseil Général. De toutes façons, il s’en moque puisque… il ne sera pas maire après mars 2008 donc ce n’est pas lui qui sera obligé d’augmenter les impôts. Imaginez les travaux sur les écoles qui auraient pu être faits avec cet argent!

    Michel Moyrand a raison de tirer la sonnette d’alarme. Il voit ce que ça va coûter à la Ville. Lui a le souci de l’intérêt des Périgourdins.

  2. Hermione dit :

    Imaginons pareil effort pour payer l’électrification de la ligne Limoges Périgueux, seul obstacle au passage des trains modernes…

Laisser un commentaire