Périgueux-Bergerac en avion !

Les périgourdins se sont trop longtemps Santellisé, vieux Jacquous au fond de combes humides, entre volutes de fumée qui s’élèvent de frèles cheminées de pierre au coeur de toits de lauses. Il fallait qu’enfin la modernité s’installat. Le département est TOU RIS TI QUE ! Et le touriste moderne n’est plus ce souriant étranger roulant un train de sénateur sur de petites routes dont il est émerveillé qu’elles puissent exister (allez faire un tour en Belgique et au Pays-Bas), non dorénavant le touriste à 1 heure trente à consacrer aux paysages périgourdins qu’il découvrira du haut de ponts auto-routiers. Un peu comme vous visitez Millau désormais depuis le viaduc.

Mais ce n’est pas encore assez. L’autoroute, c’est bon pour le vulgaire, le « décideur », le touriste à haut potentiel économique, lui se doit de voyager selon un mode conforme à son rang. Les deux maires U.M.P. des villes majeures du département l’ont compris. Et il ne faudra pas moins de deux aéroports déficitaires situés à moins de 50 kilomètres l’un de l’autre pour satisfaire leur ego.

Périgueux – 375 000 € par an (moins d’un euro par mois et par habitant dit Monsieur Darcos modeste pour une fois)

Bergerac, – 840 000 € en 2007 soit 40 % de plus que ce qui était annoncé dans les prévisions.

Les déficits cumulés représentent 1 215 000 € …  (sans compter les autres contributions aux déficits de ces deux aéroports) de quoi financer largement les annuités d’une participation de ces deux villes à l’amélioration des liaisons ferroviaires Bergerac Périgueux Paris.  Mais ce n’est pas assez moderne pour nos brillants UMPistes.

U.M.P. = Union pour le Mono-Plan ?

 

analyse de traffic

analyse audience

3 Réponses à “Périgueux-Bergerac en avion !”

  1. Marc24 dit :

    Les aérodromes dordognots sont donc déficitaires, selon vous. Et si le prix du kérosène augmente encore, qu’en sera-t-il?

  2. Hermione dit :

    Dans cette hypothèse les monoplans propulsés par des moteurs à explosion seront remplacés par des multiplans propulsés par des élastiques en torsion. Largement suffisant pour parcourir la distance Bergerac Périgueux. Pour les plus longues distances, la marche à pied sera plus sûre.

  3. Luce dit :

    Beaucoup de bruit, beaucoup d’incantations à la « modernité », que ce soit à Bergerac ou à Périgueux, il est un peu trop négligé que ce mode de transport suppose d’avoir des offres tarifaires attractives et des lignes en adéquation avec les demandes des clients potentiels pour espérer vivoter sur un secteur aussi peu industrialisé, doté d’aussi peu d’infrastructures d’accueil moderne que la Dordogne.

Laisser un commentaire