Mairie de Périgueux, ballade avec Gaspard

En sortant de la permanence de Michel Moyrand (lieu très accueillant que je vous recommande), j’empruntais la rue Limogeanne. Soudain un Gaspard me déboule sous le pied. Gras, dodu, rable et fessier rebondis, il court. Arrivé à la coutellerie Favier, il hésite à faire de menues emplettes, change d’avis et plonge dans l’avaloir de la gouttière d’eau pluviale dont la plaque est absente. Aussitôt, sa tête reparaît. Il fronce ses moustaches, hume les effluves de l’ennemi humain et replonge, sans doute jusqu’à ce que la rue redevienne plus calme.

Ce samedi, mon épouse qui faisait visiter notre belle cité à deux parisiens égarés, vit le cousin Gaspard de mon Gaspard à moi, mais square d’Amberg. Ou Franconi-1- est de retour avec ses farces douteuses ou notre ville est habitée de ces nobles et intelligents rongeurs. Je me demande si ce n’est pas une compagnie un peu bruyante après vingt heure trente pour notre calme centre ville, rien de plus bruyant qu’une bagarre de Gaspards.

-1- Pour les non pétrocoriens :

 Mairie de Périgueux, ballade avec Gaspard dans Ma ville, mon quartier, ma rue Oeuvre de Léopold Chaumont.

analyse audience

3 Réponses à “Mairie de Périgueux, ballade avec Gaspard”

  1. Luce dit :

    Ce sont des rats qui aiment le chocolat et le pâté de Périgueux, de fins gourmets !

  2. Marc24 dit :

    Ces Gaspards, semblaient-ils fuir quelque chose? ou quelqu’un?

  3. Hermione dit :

    Les Gaspards fuient l’homme qu’ils soupçonnent de ne pas les apprécier à la hauteur des services qu’ils lui rendent en nettoyant nos égoûts. Dans une ville qui traque tout ce qui peut troubler l’image d’une ville proprette et quiète, ils sont encore plus méfiants.

Laisser un commentaire