La dernière de Cher Xavier.

Ce soir, de braves jeunes gens ont sonné à ma porte pour me remettre leur matériel politique. Je le prends. Je les salue bien. Puis je me mets à lire une lettre fort courtoise de Cher Xavier. Que m’écrit-il ? Qu’il est ca-lom-nié ! En effet, de mauvais plaisants tenteraient de faire accroire que Cher Xavier délaisse les quartiers. Or, c’est faux ! Regardez le Musée Vésunna, la Voie Verte, le Château Barrière, l’église de la Cité.

Je pourrais répondre à Cher Xavier qu’aimant au plus haut point le souci que l’on prend des vestiges de Périgueux, je ne les habite ni ne les hante, et qu’au demeurant il n’a pas fait ces travaux pour moi ou mon quartier, mais pour avoir la venue à Périgueux des seules personnes qui l’intéressent, les hautes C.S.P, les people, les bling-bling. Passez une rue, et la crasse ancienne et le délaissement se font voir aussitôt.

Il énumère tout de même des réalisations tournées vers l’ensemble de la population de Périgueux exécutées dans mon quartier. Subtil jeu de mots, le bougre … Passe encore le skate-park, mais le moulin du Puy-Rousseau (en face du skate park) : un luxe inouï déployé pour quelques bridgeurs et joueurs de billards. Et l’on m’a dit que les bridgeurs avaient déjà au Puy-Rousseau recommencé leur aimable manège tel qu’ils le pratiquaient lorsqu’ils étaient près du F.J.T. Les jeunes les gênent.

Bon.

Mais passons à son programme pour les six ans à venir. La resucée de son programme d’hier. Des aménagements déjà maintes fois annoncés. Mais il y a une nouveauté. La ville va s’impliquer dans des constructions à vocations sociales. Ben dis donc …

Enfin, c’est tout de même sérieux et militant, fut-ce pour dénigrer ses adversaires, que de porter des lettres à domicile jusqu’au dernier moment.

compteur web

3 Réponses à “La dernière de Cher Xavier.”

  1. Fred dit :

    Mais dites moi, Hermione, serions nous voisins ? J’espère sincèrement, et quoi qu’il arrive, avoir un jour le plaisir de vous rencontrer. Car je suis friand d’échanges, surtout à partir d’analyses divergeantes. La (véritable) tolérance en effet ne se constate que face à la contradiction.

    Sur votre article, je vous accorde qu’on ne fera jamais assez pour les quartiers. Je peux d’ailleurs vous en parler ayant amené mon fils chez sa nounou à Gour de L’Arche (dans un HLM) tous les matins pendant 2 ans : on s’y lève aussi tôt qu’ailleurs, mais on y supporte davantage qu’ailleurs. N’y a-t-il pas en ce moment même dans ce quartier la réalisation d’un grand projet de revalorisation ? Il faudra que les uns ou les autres continuent car sur ces dossiers, il y aura toujours à faire. J’ai je vous assure la plus sincère et la plus totale conscience que certains d’entre nous ont malheureusement franchi le point de non-retour et ne pourront plus remonter la pente seuls. Sans parler de leurs enfants, qui ont les mêmes attentes que les miens, mais qui ne bénéficient ni des mêmes conditions de vie, ni du même soutien le soir par exemple pour les devoirs : ils ne partent pas à l’école le matin avec les mêmes chances. Je vous assure que je ne m’y ferai jamais.
    Comment cependant pouvez-vous présenter comme une nouveauté que la ville « s’implique dans des constructions à vocation sociale » ? 23% de logements sociaux à Périgueux, c’est un fait, que d’ailleurs personne n’a contesté pendant la campagne.
    Il me semble parfois que vous vous abandonneriez presque au triomphe le plus facile : celui remporté sur la caricature de votre adversaire.
    Je vous souhaite cependant une bonne journée.

    Fred.

  2. Marsipulami dit :

    Fred…

    Ce qui manque à Périgueux..c’est du « liant » entre les quartiers, une fierté d’y vivre et de contribuer au quotidien et aux fêtes, une envie de contribuer et de montrer que l’on peut « collectivement » s’y épanouir, partager avec les autres, passer des moments très sympas..

    Trop souvent, il y a dans notre belle ville..des reflexes de cloisonnements « sociaux » et des isolements tragiques « quartier par quartier », ou « génération contre génération »…

    Il est temps qu’une équipe municipale sérieuse prenne tout celà à bras le corps..y réfléchisse, tourne des pages et nous redonne une ville « vivante » de l’intérieur..avec par ex, des banquets intergénérationnels dans les quartiers (dans les rues, occasionnellement rendues aux pietons) ou pour quoi pas des sortes de compétitions « amicales » inter-quartiers (en liant avec l’histoire des quartiers) qui se finiraient dans une ambiance festive..

    Créer des évenements, en association avec la population et les quartiers…c’est vraiment aussi une urgence, plutôt que de continuer à écouter les requêtes des uns..contre les autres, ou à écouter les propos de Darcos sur « les gens qui passent » et la jeunesse..qui reste un an, avant de s’en aller..sans que l’on ne se pose les vraies questions, qu’on ne s’interroge sur les raisons des attentes citoyennes..

    Ne nous comparons pas sans cesse à Bordeaux, pensons à mettre en valeur la ville et à valoriser nos talents locaux..à attirer la jeunesse, la fixer…Périgueux, c’est très sympa comme ville alors il faut faire partager ces sentiemnts agréables à plus de monde, et à les impliquer dans le processus.

    Il est temps..

  3. Hermione dit :

    Chers amis, je vais bloquer le site jusqu’à dimanche soir. En effet, je vois que mes filtres ne fonctionnent plus systématiquement. Heureusement, c’est le courtois Fred qui a passé outre à la modération.

    Nous reprendrons après.