Election du Maire de Périgueux.

C’était ce matin. Tout le monde le savait bien, les lecteurs de journaux comme les lecteurs de blogs. Le N.T.P. était mieux adapté à recevoir la foule qui s’est massée dans la salle Montaigne et dans le hall devant l’écran de report d’image que ne l’aurait été la mairie actuelle. Nous étions prévenus : aucune manifestation du public ne doit troubler le bon déroulement des travaux. En attendant, que le Conseil ne s’installe, les citoyens parlent du beau temps, de la pluie, des élections ici, là, des surprises concernant ceux-ci ou bien ceux-là.

N’étant pas physionomiste, j’ai salué quelques personnes que je ne connaissais pas et suis passé raide comme la justice à côté de personnes que je connais fort bien et me calais dans un coin en compagnie d’une dame très bavarde dont je ne me souviens plus si je la connais en réalité. Mais nous nous sommes  entendus à merveille pendant les deux heures (nous sommes arrivés en avance) de cette réunion.

C’est Monsieur Daudou qui a annoncé les résultats du 16 mars et les démissions des élus d’opposition qui étaient intervenues au cours de la semaine. Puis selon l’usage, c’est le doyen du Conseil qui lui a succédé pour procéder aux opérations de vote en vue de l’élection du maire.

C’est Monsieur Boudy le doyen. Le bureau constitué, les élus appelés les uns après les autres, le résultat ne tarde pas à être connu. Michel Moyrand est élu.

Il prend la présidence à son tour et rend un hommage appuyé aux fonctionnaires municipaux pour la tâche qu’ils ont accomplie dans cette semaine de transition. Puis les adjoints sont élus au scrutin de liste (Ouf, imaginez le temps que cela aurait pris poste par poste …) L’opposition ne présente pas de candidat.

C’est là, je dois l’avouer que mon oreille se fit plus attentive aux propos de ma voisine qui me dressait un tableau désopilant du monde politique en Dordogne tout en parvenant à ne dire de vacheries sur personne, performance à souligner. Si bien que je sais qu’Eric Dosset est adjoint et je pense premier adjoint, que Vianney le Vacon est au sport tandis que Fabrice Mathivet est à la vie associative et Sylvie Rheinart au social etc. mais alors dans quel ordre ?… Et là je passe sur les noms de François Boudy qui doit être aux finances, Gatienne Doat, Richard Bourgeois, Delphine Labails, Arnaud Le Guay.

Ce n’est pas que je manquais de respect à tous ces élus, mais j’étais tellement content qu’ils soient là que peu m’importait l’ordre et les attributions. De toute façon un compte rendu précis sera disponible dans la presse, alors …

Mais j’ai quand même entendu que des conseillers municipaux seraient en charge de dossiers qui directement rattaché au maire, qui rattaché à tel ou tel adjoint.

Puis, après une séance de photos, le maire fit un discours. Un beau discours où il exposait son intention de voir la municipalité travailler au programme défini pour les six ans à venir avec tous les élus pour tous les périgourdins. Ce rassemblement des contraires, cette volonté de passer sur ses différences pour construire un avenir commun, on sent que Michel Moyrand y tient autant qu’à la démocratie participative qu’il veut faire vivre au cours de son mandat. Il a beaucoup insisté sur la responsabilité que les élus ont vis à vis de la population et que cette responsabilité doit être assumée par des comptes-rendus de mandat réguliers auprès de cette population de Périgueux.

Bref, un beau discours qui ne démentait pas l’esprit de sa campagne. Puis la parole fut donnée à l’opposition. Monsieur Cornet d’abord qui fit un discours assez consensuel bien que marquant la filiation entre l’opposition d’aujourd’hui et les majorités d’hier et de l’oeuvre qu’elles ont accomplies. Après quoi, Monsieur Mingasson est intervenu au nom du MoDem. Partant de constats, Monsieur Mingasson ne tarda pas à céder au mal du monde moderne, il prédit à Michel Moyrand ce qu’il ferait et ce qu’il ne ferait pas. Il lui prédit les contraintes qui découleraient de ce qu’il ne pourrait faire autrement que selon les pythies. En d’autres termes, nous entendîmes un récit d’anticipation épique. C’est un genre littéraire. Est-ce de la politique ?

Ma voisine s’étant fondue dans la foule, à partir de là j’aurais pu redevenir un auditeur des plus attentifs, mais le conseil était fini. Chacun son verre et saluons les amis, les connaissances, les personnes que l’on a déjà croisées une fois quelque part, Monsieur Jardry ici, Patrice Reboul là.

Il faisait trop froid ce matin de par les rues, je suis rentré tout droit chez moi et n’ai pas assisté à la fin du programme fixé pour cette passation de responsabilités.

2 Réponses à “Election du Maire de Périgueux.”

  1. Marc24 dit :

    Grand moment l’installation d’un Conseil Municipal! Beaux discours politiques de la part des politiques. Des gens responsables. Cependant, un discours n’était pas à la hauteur. Peut être est-ce qu’il n’a pas été prononcé par un politique mais par quelqu’un qui n’a pas su participer à la création d’un parti politique et surtout qui n’a pas su faire campagne! La politique, ça ne s’invente pas!

  2. Hermione dit :

    Oui, il suffit de lire le billet Périgueux Agen. Les centristes auront du mal à se relever de cette « erreur » de Bayrou.

Laisser un commentaire