• Accueil
  • > Le MoDem au fil des jours

Archive de la catégorie ‘Le MoDem au fil des jours’

Périgueux-Agen Jean qui rit, Jean qui ?

Lundi 24 mars 2008

Hier je téléphonais à un proche pour lui confirmer que je serai bien à une petite bringue à laquelle il me convie. On parle du pourquoi de cette petite bringue, on se donne des nouvelles de nos familles respectives. Mais bientôt, comme deux commères malicieuses, on s’interroge : « Alors t’as bien fait la fête le 16 ? »

Que oui, on a fait la fête ! Il reste dans l’expectative pour la victoire de Michel Moyrand, je le félicite pour la victoire de Dionis du Séjour. Je lui demande quelles sont les raisons qu’il voit à la défaite de la gauche à Agen. Il me les donne. Je les garde pour moi.

Puis je ne tarde pas à lui poser la question qui seule m’intéresse. Que va-t-il faire au regard du MoDem ? Il me répond et là je ne le garde pas pour moi. « Tu comprends, j’étais un peu dégoûté de ce qui se passait et je ne voulais prendre ma carte ni au MoDem ni au Nouveau Centre. Mais là, ce n’est plus possible. J’ai pris ma carte au Nouveau Centre. Je ne pouvais pas prendre ma carte à l’U.M.P., ici ce sont des furieux. »

Or, ce jeune ancien conseiller municipal d’une commune périphérique d’Agen qui ne se représentait pas à ces dernières élections, était jusqu’à il y a huit mois, un fervent soutien de François Bayrou.

Prendre la mesure de là où l’on doit être lorsque l’on veut réellement agir, sans renier ses convictions, ce doit être ce que l’on appelle de la politique.

PS : J’avais oublié. Pour les sénatoriales, il me dit :  » Que veux-tu qu’ils fassent ? S’ils veulent garder leur siège, tous au Nouveau Centre ou à l’U.M.P. » Ce dont je m’étais déjà rendu compte, mais qui se confirme.

MoDem le tropisme et l’indépendance chap 4

Samedi 15 mars 2008

Et voilà, la boucle est bouclée par Génération Démocrate et F. Boudet. Le même qui appelle à voter contre les vilains socialos-communistes de la liste Moyrand appelle à voter pour le gentil candidat du PS aux cantonnales, Mathieu Druillole. Monsieur Daudou qui représente un gaullisme classique tout à fait respectable n’a pas l’heur de plaire à nos nouveaux faiseurs de roi.

Tant mieux pour Mathieu direz-vous. Voire.

Je sais faire la différence entre un reitre, un lansquenet et un soldat de la garde suisse du Roi, ou entre un mercenaire et un légionnaire étranger pour parler moderne.

Nous atteignons ici le degré zéro de la politique. Le centre MoDem fait joujou avec ses pourcentages de voix. Il ne construit rien pour l’avenir. Il pouvait rester sur son aventin et rester crédible. Il pouvait faire alliance avec qui il le souhaitait et rester crédible. Là il ne manifeste qu’une capacité de nuisance ce qui est un peu léger pour les situer au delà de l’attitude protestataire du front national (idéologie à part).

Comment l’électeur sincère de F. Bayrou, de Démaret, de Distinguin peut-il digérer ces soutiens tous azimuts dans le même cadre de circonscription ? Notez que Génération Démocrate pour les cantonnales comme pour les municipales dégaine avant même que l’on connaisse la position du candidat.

F. Bayrou avait besoin d’élus pour se constituer un appareil en vue de la prochaine élection présidentielle. C’est manifestement un échec cuisant. Après celui des législatives, celui des municipales et des cantonnales où il  devra les seuls élus  qu’il décrochera à la bienveillance de l’U.M.P. ou du P.S. Mais bientôt viendront les sénatoriales qui vont amplifier l’échec de sa stratégie politique. Pour pouvoir garder leurs sièges, les sénateurs centristes qui ne sont pas encore passés au nouveau centre ou à l’U.M.P. auront besoin des grands électeurs que le MoDem n’a pas été capable de conquérir sur ces deux élections. Ils ne devront leur salut là encore qu’à l’U.M.P.

N’ayant pas défini une traversée du désert pour tous les membres du MoDem (qui n’en n’auraient pas voulu de toute façon, faut bien faire les fins de mois), F. Bayrou a placé son nouveau parti dans une impasse.

N’est pas Mendes-France qui veut. Bayrou n’a pas la carrure. Quant aux anciens UDF et aux neos-MoDem ce n’est pas ce que l’on doit attendre d’eux. Ce ne sont pas eux qui ont commis une faute politique, c’est leur chef.

Faire une mauvaise action qui ne rapporte pas est doublement une faute, morale et politique. Ou alors je n’ai pas bien compris l’enseignement que nous donnaient les jésuites au mouroir dans les « cercles de réflexion » de mon enfance. Ou bien encore est-ce une réminiscence de mes lectures de Machiavel ? Je finis par m’y perdre. Comme un centriste moyen.

Illustration par le texte. Notez au passage les contre-vérités budgétaires et fiscales auquelles le programme de Michel Moyrand comme ses propos nombreux en réunion publique ont déjà fait un sort. Monsieur Boudet nous assène la vulgate U.M.P. de fin de campagne.

Le lendemain appel à voter Mathieu Druillole. Ce pauvre Monsieur Daudou, pour qui je ne voterai pas ce dimanche 16 mars méritait mieux que ces contempteurs sans foi ni loi.

Lire MoDem le tropisme et l’indépendance Chap 4-bis.

compteur web

Modem Le tropisme et l’indépendance Chap 4 bis.

Samedi 15 mars 2008

  

le 10-03-2008 23:37   

Pages vues : 139

Publié dans : Les News, Dernières news

Choix difficile pour les Périgourdins pour la mairie, entre deux personnalités très différentes et qui se rejoignent pourtant, comme les extrêmes le font souvent, au delà des clivages politiques, des programmes, des choix ou des opportunités du moment. Ici leurs points communs, c’est la suffisance et le manque d’ouverture ! Comme d’habitude…    Chez Darcos
Cumular ministre et conseiller régional absent, maire quand il le peut, le bilan (de la ville, pas de son compte bancaire…) s’en ressent forcément : -3 000 habitants de moins en 7 ans, un centre ville qui se meurt, un commerce asphyxié, les chambres consulaires qui déménagent, un aérodrome ruineux, polluant et inutile (sauf pour le maire-ministre et quelques chefs d’entreprises fortunés), une politique de développement durable en retard de 10 ans par rapport à des villes de même importance, etc, etc, etc…
Tout ceci plus le reste me laisse un goût désagréable de gâchis, tant il est vrai que M. Darcos, intellectuellement et culturellement, est un homme brillant. Comme quoi l’intelligence et la culture ne font pas tout… 
Chez Moyrand
Ici on en est resté au programme commun de la gauche et à une alliance avec un PC moribond et aussi ouvert qu’une huître à marée basse, tout ça associé à des Verts qui ne font encore moins que les communistes en nombre de voix. Visiblement, c’est une liste composée « à l’ancienne », c’est à dire en fonction des sensibilités politiques et pas par rapport aux compétences de chacun, il faut bien ménager ses alliances, surtout si elles sont fragiles.
Tout ce beau monde, dont l’unité de circonstance risque fort de se briser le jour, que j’espère proche, ou le PS arrivera enfin à accoucher d’une rénovation attendue par beaucoup, tout ce beau monde, disais-je, va proposer aux Périgourdins de gérer la ville, en commençant par augmenter les impôts. Ça promet.  
Mon choix À reculons, à regret, mais n’ayant pas pour habitude de fuir mes responsabilités, j’appelle donc à voter CONTRE Michel Moyrand et sa liste. C’est pour moi le choix le moins pire pour Périgueux.
À vous de décider, si vous êtes d’accord, de quelle manière. 
Précision suite à des questions sur ces propos : il s’agit de la position officielle de Génération Démocrate Dordogne, que je représente. M. Demaret n’a rien à voir avec cette décision, puisqu’il n’est pas membre de cette association. Frédéric Boudet 

 
   
Soutien à Mathieu Druillole   

 
le 14-03-2008 14:54  
 
Pages vues : 29 
Publié dans : Politique Dordogne, Cantonales 2008 

Génération Démocrate soutient la candidature de Mathieu Druillole et de Chantal Issoulié (suppléante) aux élections cantonales de Périgueux centre.
Porteur de véritables valeurs démocratiques et républicaines, nous pensons que son élection apportera un réel dynamisme au sein du conseil Général de la Dordogne… 

 

compteur web

MoDem, le tropisme et l’indépendance. Chap 3.

Vendredi 14 mars 2008

A l’échelle de Périgueux, il y a le MoDem, Génération Démocrate, Le Nouveau Centre bâtis sur les décombres de la défunte U.D.F.

Il y a également les centristes encartés U.M.P. dès l’opération d’étranglement du centre lancée par Juppé.

Le Nouveau Centre n’a pas de personalités qui aient émergé au cours de ces derniers mois.

Il y a le Mingassisme, MoDem allant chercher ses avoines auprès de X. Darcos, le Distinguinisme ayant balancé à le faire pour se retirer finalement et se présenter seul aux cantonnales. Il y avait le Démaretisme soutenu par Génération Démocrate et luttant pour faire émerger une expression politique autonome. 

Monsieur Démaret a quasiment rempli son pari. 6% des voix, c’est loin du score de Bayrou aux présidentielles, mais c’est un très bon score, vu la configuration du scrutin entre Mingassisme et soutien de Bayrou à la courte mémoire au Hautain Darcos le Hutin.

Mais voilà, à peine ce résultat engrangé, Monsieur Démaret a légitimement essayé de le faire fructifier. Il s’est vu opposer une fin de non recevoir par X. Darcos qui lui a représenté que l’on ne pouvait à la fois faire campagne sur le « Ni, Ni » pour négocier un « Ou, Ou » après le deuxième tour.

Monsieur Démaret s’en va donc voir Michel Moyrand dont la base de négociation est simple. Il faut souscrire à l’intégralité du programme rédigé avec les périgourdin(e)s. Monsieur Démaret souscrit mais pose un ultimatum inacceptable par le P.C.F. Monsieur Moyrand refuse cette exigence.

Monsieur Démaret déclare donc qu’à défaut d’accord, il ne donnera pas de consigne de vote pour le second tour.

Mais déjà des craquements se font voir. Monsieur Boudet au nom de Génération Démocrate appelle à voter Darcos sur un argumentaire anti communiste.

Et ce jeudi, l’évidence est là. Monsieur Démaret est présent au raout U.M.P des nourrices sèches du pouvoir et proclame sa reddition en rase campagne.

En un autre lieu et à une autre heure des colistiers de Monsieur Démaret son présents au meeting de François Hollande.

C’en est fini du Démaretisme à Périgueux. Il a finalement préféré les avoines de l’U.M.P. aux chardons de l’indépendance.

Le centre est en loque. Il n’a pas su résister à son tropisme qui le fait toujours tomber dans le giron de la droite dans la personne de son plus éminent représentant.

C’est regettable. Je ne me réjouis pas outre mesure du ralliement de ses colistiers à Michel Moyrand. Bien sûr tactiquement c’est un apport considérable à sa campagne.

Mais je crois toujours que le bipartisme est une stupidité (il n’est que de voir les Etats-Unis) et que la voie que tentait d’ouvrir ici et là les personnes qui ont intériorisé le discours (pas la « stratégie ») de François Bayrou sont une chance pour notre démocratie.

Une défaite de F. Bayrou à Pau créera-t-elle les conditions de la naissance d’un centre autonome ? Il fait la retape des voix des électeurs U.M.P. à Pau, mais peuvent-ils oublier que c’est la candidature de F. Bayrou qui les prive de chance sur ce second tour à Pau ?

Attendons et voyons.

compteur web

Mairie de Périgueux, MoDem fluctuat et mergitur ?

Dimanche 3 février 2008

On a vu les hésitations, les tractations, les efforts de certains militants déçus. On a pu comparer les tactiques des vieux militants ou élus UDF ancienne manière pour reconduire en force des politiques d’alliances anciennes.

On entend des craquements à Bordeaux. On voit un éclatement à Lyon. C’est dur de fonder un nouveau parti sur des habitudes ancrées depuis des décennies.

analyse audience

MoDem le tropisme et l’indépendance chapitre 2

Mardi 15 janvier 2008

De ce mois de décembre, où était publié le chapitre 1 des valses hésitations du MoDEm, au mois de janvier, l’actualité vient nous rappeler que certaines élections locales ont des enjeux nationaux. Ainsi en va-t-il de l’Arc Pau-Bordeaux-.Périgueux.

(suite…)

MoDem, le bonheur de l’U.M.P. en Aquitaine ?

Vendredi 11 janvier 2008

Sans préjuger des résultats (les électeurs n’appartiennent à aucun appareil), l’U.M.P. est assez heureuse dans notre région. Le MoDem fidèle à lui même, n’a pas souhaité être un élément de déstabilisation des anciennes alliances. Si bien que Monsieur Juppé devra sans doute manger son chapeau et donner sans doute plus qu’il n’aurait souhaité le faire au MoDem, mais il a évité que F. Bayrou et ses troupes ne veuillent accrocher son trophée aux murs du nouveau siège du MoDem. Il peut s’en réjouir car il était à la manoeuvre pour la fusion-absorption de l’U.D.F. par le R.P.R. sous le doux sigle U.M.P.  Bien plus ! Il y aura une liste Nouveau Centre à Bordeaux alors que c’est l’allié de l’U.M.P. …

Monsieur Darcos s’en sort encore mieux avec l’appareil MoDem quand on songe qu’au delà des affirmations de profonde amitié qui l’unirait à F. Bayrou, il a quand même tourné le dos à celui qui avait impulsé sa carrière politique au niveau national. Il s’en sort vraiment bien quand on songe à l’élégance avec laquelle il a limogé Madame Claire Castanet. Monsieur Bayrou a donc passé l’éponge sur cette manifestation d’ostracisme darcosien envers lui même et sa mouvance. Pardon des offenses entre démocrates chrétiens ?

Et pourtant, Monsieur Darcos n’est-il pas le ministre d’un gouvernement servant la politique de Monsieur Sarkozy, dont F. Bayrou a dit dans le Figaro qu’il mettait en cause la république ?

L’U.M.P. parle de politiser les élections municipales. Grace aux appareils MoDem, la politisation ne sera pas générale.

Voir Modem en Gironde les malheurs de Juppé.

 

analyse de traffic

analyse audience

Modem 7 janvier 2008 : Bas les Masgasson ?

Lundi 7 janvier 2008

Ca y est, la messe est dite. (« Te Deum laudamus ». Maintenant que le MoDem va faire route commune avec un latiniste, n’est-ce pas …) La tactique Mingasson semble devoir l’emporter. Monsieur Darcos se déclarait candidat ce matin au cinéma de Périgueux (la fréquentation de Sarkozy sans doute.) Il annonce la constitution d’une liste U.M.P.-MoDem.

Quelle liste et quelle proportion de MoDem ? Pour l’instant rien.

Celui qui, s’il devait « choisir entre Paris et Périgueux » choisirait les douces joies des pénates périgourdines est donc enfin officiellement candidat à sa propre succession. Rien de vraiment surprenant à cela. Mais il faut s’interroger sur les chances réelles du MoDem aujourd’hui de gagner autre chose que le peu qu’a obtenu Monsieur Mingasson pour lui même contrairement à ce qui semble se dessinner à Bordeaux.

Monsieur Mattera selon le  »Sud-Ouest du 07 janvier penchait pour la liste d’union au premier tour. Les jeunes de Génération Démocrate, toujours selon ce journal, jetteraient l’éponge et l’opération de savonnage de planche envers Monsieur Démaret fonctionne bien encore.

Mais tant que la liste ne sera pas connue la différence entre Esaüe et David sera difficile à cerner.

Interrogé par France3, Monsieur Moyrand déclare que la candidature de X. Darcos ne le surprend pas et qu’il mène sa campagne selon son propre calendrier.

analyse de traffic

analyse audience

MoDem en Gironde, le malheur de Juppé.

Lundi 7 janvier 2008

Le MoDem Girondin fait monter les enchères face à Monsieur Alain Juppé (« Le meilleur d’entre nous »). -Décidément avec Monsieur Darcos, cela fait beaucoup de « meilleurs » dans notre région-.

Rencontre courant de cette semaine. Officialisation de sa liste courant janvier. La mayonnaise monte assez bien pour le MoDem qui a affaire quoi qu’il en paraisse à un Juppé affaibli.

Qu’en sera-t-il à Bergerac, à Périgueux ?

L’amusant dans l’affaire, c’est qu’Alain Juppé fut à la manoeuvre de la création de l’U.M.P. et de l’opération « Boa Constrictor » pour le centre et ses diverses composantes. On dirait que le MoDem va lui faire manger son chapeau … Exigera-t-il qu’il mange également ses bottes ?

Enfin, lui au moins sait ce qu’il va faire, alors que d’autres …

Innocent

 

 

 

analyse de traffic

analyse audience

MoDem Périgueux, lundi 17 décembre : l’audace et la prudence chapitre 4. La liste Démaret.

Dimanche 23 décembre 2007

Résumé des épidodes précédents : Entravé par sa propre stratégie et la tradition des partis centristes, le MoDem ne parvient pas à sortir de l’attitude classique de ses prédécesseurs : poil à gratter de campagne et soutiers des majorités à venir. A Périgueux, les Cornet et autres Mingasson illustrent cet atavisme centriste. Mais le MoDem peine à faire croire à l’authenticité et à la réalité de sa tentative de dernière minute pour construire une liste qui gênera plus celle de Monsieur Démaret que celle de Monsieur Darcos.

 

ATTENTION ARTICLE EN CHANTIER !       En attendant … voir le chapitre 3 Previous page

 

Monsieur Démaret nous a donc fait connaître de longue date sa volonté de faire exister le MoDem à Périgueux en présentant une liste aux municipales. Il a pour lui l’authenticité de la démarche, sa clarté et sa constance.  La pertinence de sa démarche a en revanche très vite été remise en cause. « Un agité » disent les Darcosistes … Agité ? Il ne semble pas. Dérangeant, oui, et pour le MoDem en premier.

 

 

(suite…)

12